dimanche 22 avril 2018

Selda - Ince ince bir kar yağar (1976)

Un concentré d'énergie et de sensibilité soufflant la rage, la révolte et l'espoir.
Où il est question de combattre l'injustice et les inégalités et de neige qui tombe.
Vaste programme toujours d'actualité ...


Blogger Tricks

vendredi 20 avril 2018

Silicone Soul - Right on 4 tha darkness (1999)

Du bon usage du sample.
Classieux,entêtant, imparable et jouissif, la guitare, les cordes et de la créativité, parce que y faut pas déconner, un bon sample ça ne fait pas tout ...


Future Sound Of London - My kingdom (1996)

Un royaume vaste, aux mille paysages, des montagnes flamboyantes, des forêts aussi gigantesques que verdoyantes, des champs riches à la terre grasse, des plages au sable fin et blanc qui contraste avec le bleu turquoise des eaux, des villes resplendissantes à l'architecture novatrice.
Un magnifique royaume en un mot.
Son souverain voudrait le parcourir, le contempler, tout seul, le sentir par lui-même mais ce serait fastidieux à pied ...
Alors il a cette idée folle: voler !
Mais il n'est pas un oiseau, hélas.
Que faire ?
Le roi ne se résigne pas, il fait venir les plus grands scientifiques, les meilleurs ingénieurs, les chercheurs les plus doués, les magiciens les plus renommés, les coachs sportifs les plus fameux et les fait cogiter, expérimenter, innover, inventer.
Et puis un jour, l'impensable se produit, le roi s'élève de quelques centimètres, lévite, puis réussit à se déplacer de quelques autres centimètres avant de s'écraser pathétiquement sur le sol.
Mais il y est parvenu.
A force d'entrainement, il a acquis de la technique, de l'endurance et de la vitesse.
Maintenant il arrive alors qu'il est allongé sur le ventre à s'élever à trente centimètres au dessus du sol et à atteindre la vitesse de vingt-trois kilomètres heure.
Heureux, mais toutefois ridicule, il parcours son royaume en volant tout seul à hauteur de genou ...


mercredi 18 avril 2018

Sonoko - Marienbad (1983)

"Voilà, maintenant, je suis à vous."
Une Japonaise qui chante, susurre, en français sur un fond fantomatique de film de Resnais, L'année dernière à Marienbad, après le fracas d'une guitare suivie d'une musique minimaliste, mélancolique et lancinante en guise d'accompagnement.
Le français est parfois hésitant, la voix fragile telle un souffle qui pourrait se suspendre, fluette, juvénile, gracile comme un soupir, légère comme le soupçon d'un flottement.
Elle raconte le souvenir d'une rencontre, l'oubli qui pourrait survenir ...


mardi 17 avril 2018

Myth Syzer - Le code (feat Bonnie Banane, Ichon & Muddy Monk) (2017/2018)

C'est peut-être la chaleur soudaine associée à du vin qui explique ce moment d'égarement.
Langoureux, lent, évanescent, estival, facile et un peu creux et futile.
Néanmoins totalement efficace pour provoquer une érection auriculaire (c'est un coup à se retrouver avec des oreilles de lapins).
C'est déjà l'été ...


lundi 16 avril 2018

Versalife - Artificial affection (2016)

Le cœur de la machine.
Un battement métronomique, désincarné qui plonge son auditeur dans une sorte de rêverie douce, agréable, apaisante.
Le genre d'état qui laisse penser que les machines pourraient avoir dans leurs circuits imprimés, leurs engrenages et leurs vérins hydrauliques, comme une sorte d'âme ...


dimanche 15 avril 2018

The (Hypothetical) Prophets - Wallenberg (French version) (1982/2016)

Étrange assemblage, de froideur robotique industrielle, de blues déviant presque aphone, d'un mantra répété ab-libitum, de cut-up.
Où il est question d'évocation d'un Juste, de Juifs, de souffrance, d'histoire, d'espoir ...


vendredi 13 avril 2018

VC-118A - Permutation (2018)

Des baleines qui ont inhalé du protoxyde d'azote se mettent à chanter avant de plonger avec grâce dans les bas fonds de l'océan.
Il faut les voir se déplacer avec agilité et délicatesse, décrire des sous-marines arabesques et des lentes circonvolutions.
Et regretter, alors qu'elles s'enfoncent dans l'obscurité, de ne plus pouvoir les entendre ...


jeudi 12 avril 2018

Jessica 93 - RIP in peace (2017)

Et si bêtement on était passé à coté du coche, qu'on avait rien vu se produire et que l'extra-ordinaire était survenu une fois encore.
Pourtant si on y avait prêté attention ça aurait été évident, tout était déjà écrit et s'est même déroulé sous nos yeux hélas clos et imperméables aux révélations ...

Heureusement Jessica 93, Nostradamus contemporain avisé, lecteur perspicace du passé, numérologue mathématicien de compétition, liseur de vérité cachée dans la mousse de bière, est là pour nous ouvrir les yeux et révéler l'évidence flagrante, la vérité irréfutable.

Alléluia !
Jouez hautbois, résonnez musettes, mugissez conspirationnistes mal avisés et beuglez bigots affolés ...


mercredi 11 avril 2018

Hadamard - The moral core (2007)

Sur une échelle de la chanson comique allant de 1 à 10 Hadamard, sans forcer, doit atteindre -3.
Autant dire que le jeu de mot graveleux, la musique enjouée des mariages, la mélodie légère et insouciante ainsi que les farandoles alcoolisées de fin de soirée ce n'est pas pour lui.
Ici c'est plutôt la désolation lente, la claustrophobie tourmentée, la noirceur soucieuse ...