jeudi 12 décembre 2019

Jäde - Longtemps (2019)

Avec une certaine nonchalance, pour ne pas dire une désinvolture, Jäde raconte ses pérégrinations sentimentales, virtuelles, réelles, un peu des 2.
Une seule certitude son bienaimé du moment ne tiendra pas longtemps.
Pourquoi, peut-on se demander ?
Apparemment le désert arrive très (trop) vite après l'entrée, alors qu'elle commençait seulement à la déguster et qu'elle attendait surtout le plat de résistance.
Ça devait être du lapin ...


Blogger Tricks

mercredi 11 décembre 2019

Suburban Architecture - Vision '96 (2019)

Un track qui fleure bon la drum & bass à l'ancienne, circa '96: gavé de breakbeat vibrionnant , saupoudré d'une trompette jazzy planante, plombé par une bonne basse dyslipidémique et hanté par quelques accroches vocales aussi brèves qu'incantatoires...


dimanche 8 décembre 2019

Nicolas Jaar - I got a (2015)

Rencontre de fantômes ...
Dans un écrin feutré et nonchalant à la mélodie enchanteresse et au piano joueur, le fantôme discret de Ray Charles semble pleurer sa femme perdue dans une lamentation lente et répétitive, surgit soudainement le fantôme de Tristan Tzara qui emmène l'auditeur dans un délire poétique et un désert arabique doux, sucré et orange peuplé d'enfants s'en allant et de chevaux endormis ...


vendredi 6 décembre 2019

Public Enemy - Give it up ! (1994)

Du Public Enemy décontracté du gland au niveau musical, on est loin des agressions sonores de "It takes a nations of millions to hold us back", mais toujours militant au niveau des paroles ...
La classe quoi !


lundi 2 décembre 2019

Doctor Pablo & The Dub Syndicate - Dr Who? (1984/2015)

Se prendre pour le Docteur Who et voyager dans l'espace et le temps à bord du TARDIS, combattre les Daleks et penser trouver le repos en Jamaïque en écoutant du dub ...
Puis se rendre compte qu'on est seulement à Londres complètement défoncé à la ganja dans une vieille cabine téléphonique qui pue l'urine et la cigarette froide et que dehors il pleut !


samedi 23 novembre 2019

Trivia - Illusion of presence (2019)

Où il est question de rêves étranges et tourmentés qui questionnent la réalité de l'existence, hantés par l'ombre tutélaire, oppressante de Dopplereffekt.
Paré pour une errance nocturne où la frustration et l'angoisse seront la récompense ...


Tryphème - In a cyber spiral (2019)

C'est l'heure de l'onirisme éthéré et suave et il n'en faudrait que peu pour glisser dans l'onanisme ...
Un beat hip-hop décharné sur lequel se greffe une basse dub gonflée en échos et réverbérations, un gémissement, souffle sensuel, est susurré, puis une rythmique mollement drum & bass complète le tableau.
La voix douce et enjôleuse convie l'auditeur à entrer "inside a cyber spiral" et avec délectation il devra s'y plonger, s'y laisser étourdir et y perdre toute notion d'espace, de temps cela pour son plus grand plaisir sensoriel ...


vendredi 22 novembre 2019

Chaos Echœs - Remains (2019)

Dans la série "kique rev'la" je demande Chaos Echœs.
Ils sont de retour pour un ultime double album live, de métal expérimental lourd et véloce ou pesant et lent ...
Massif dans tous les cas !


mercredi 20 novembre 2019

King Gizzard & The Lizard Wizzard - Rattlesnake (2017)

Le grand écart entre du rock psychédélique et de la musique turque traditionnelle, un bon trip bien chargé, vénère, tendu et lysergique à souhait.
moi aussi je veux ma morsure par un serpent à sonnette ...


mardi 19 novembre 2019

Birdbone Unlimited - That funky stuff (2019)

Quand tu tombes sur un truc disco/boogie/funk de 2019, qui aurait pu sortir en 1980, un mardi soir et que tu crois que c'est déjà vendredi soir, alors que pas du tout en fait, tu te dis que la semaine va être très longue ...


dimanche 17 novembre 2019

Lords Of The New Church - Russian roulette (1982)

Au début, en voyant leur dégaine,  j'ai cru que c'était les frères jumeaux anglais de Mötley Crüe.
J'ai malgré tout écouté, bonne pioche !
Un truc post-punk goth wave de bon aloi suffisamment pêchu pour donner envie de faire parti de leur église ...

jeudi 14 novembre 2019

Shackleton/Tunes Of Negation - Reach the endless sea (2019)

Retour en grande forme de Shackleton, sous le nom de Tunes Of Negation, accompagné cette fois par un "groupe".
Inspiré par le poète mystique Jalalu’l-Din Rumi (l'inspirateur des derviches tourneurs) Shackleton s'aventure une fois de plus dans des circonvolutions musicales hypnotiques pour essayer de nous mener à la transe ...


mardi 12 novembre 2019

lundi 11 novembre 2019

Saáadon - Край (2019)

Saåad + Sádon = Saáadon
Leur rencontre était inévitable, espérée enfin réalisée.
Le résultat une lente plongée vers les frontières liminales de la conscience et aussi une sorte de déclaration d'amour) ...


dimanche 10 novembre 2019

Etienne Jaumet - Caravan (Dj Athome dub) (2019)

Etienne Jaumet a commencé sa vie professionnelle comme poseur de tringles à rideaux chez Leroy Merlin à Chateauneuf sur Loire.
Il était plutôt doué, il réussissait à poser les tringles à rideaux droites sans s'aider d'un niveau à bulle, c'est dire.
Mais un malencontreux accident, il s'est sectionné les deux mains en tentant de débloquer la lame d'une tondeuse à gazon, l'obligea à changer de carrière.
Grâce à de nombreuses opérations de chirurgie, il réussit à se faire greffer des tentacules de poulpe et décida d'apprendre la trompette.
Il se mit au jazz et fit des relectures de standards du jazz.
Son ami Dj Athome, proctologue pour éléphant au zoo de Beauval, décida, un mardi soir après une journée éprouvante, de le remixer tout ça parce qu'il avait trouvé un paquet de mouchoirs en rentrant chez lui.
Alors que l'on pouvait légitimement attendre le pire de cette collaboration le résultat sonne comme le cheminement d'une caravane de marchands bédouins qui cheminerait dans un désert jamaïcain enfumé par la ganja ...


vendredi 8 novembre 2019

EYE - Luscinia (2019)

Pour continuer dans l'ornithologie, après les récentes corneilles, passons aujourd'hui au luscinia plus communément appelé rossignol.
Et pour nous détendre, alors que fourbement le vendredi lance une attaque de fatigue, écoutons le chant de ce passereau.
Doux et reposant, bien que teinté de mélancolie et de nostalgie, il saura enchanter vos fins de soirées quand un peu de calme s'impose ...


Kanot - La danse des corneilles (2019)

Au départ j'étais un peu suspicieux. Des corneilles qui dansent c'est quand même assez rare ...
Mais au final je ne veux savoir qu'une seule chose: qui est le dealer des corneilles ? Et qu'est ce qu'il vend comme came ?
Ça a l'air puissant parce qu'ils sont bien trippés les volatiles noirs, on comprend qu'ils dansent ...
Je veux la même chose !


mercredi 6 novembre 2019

Bernard Badie - Vicious circle (1997/2019)

"Prenez un cercle, caressez-le, il deviendra vicieux !"

 

vendredi 25 octobre 2019

Etienne Jaumet - Caravan (Dj Athome dub) (2019)

Revisiter les classiques avec une certaines classe (un peu barrée) ...


mardi 15 octobre 2019

Léo Ferré - Le conditionnel de la variété

Merde alors, en bientôt 50 ans rien n'a trop changé, si ce n'est empiré ...
Il y a toujours des ministres de l'Intérieur qui sont des canailles, les Premiers ministres toujours incompétents et les Présidents ne sont toujours pas exténués par les cadences de chez Renault.
La liberté, elle, s’amoindrit, se rétrécie, s'étiole, s'amenuise ...


jeudi 10 octobre 2019

Fix (Orlando Voorn) - Flash (1992)

Durant un instant j'ai cru que c'était déjà vendredi soir, du coup je me suis lâché et j'ai fait péter les watts.
Un bon truc old school, basique mais efficace, parfait pour mettre un peu d'ambiance !
Puis, j'ai réalisé que ce n'était que jeudi soir, j'ai rangé mon entrain mais j'ai laissé tourner la musique.
Qu'on emmerde le jeudi soir après tout ...


samedi 5 octobre 2019

Boston 168 - Terror acid (2015)

C'est pas pour me vanter mais ce morceau porte bien son nom.
Totalement acid et bien terrifiant, mais aussi monolithique, barré et hypnotique ...


vendredi 4 octobre 2019

Elite Beat - Postcards from Gortupal (2019)

Elite Beat, mystérieux collectif, a pris des vacances cet été.
Alors que d'autres envoient des cartes postales classiques, avec des photos moches des lieux moches où ils ont passé leurs vacances pourries, Elite Beat envoie des cartes postales sonores, ça change.
Ils sont allés au Gortupal, ne cherchez pas pendant des heures vous ne le trouverez pas sur une carte.
Deux possibilités:
  • Soit le Gortupal est un pays jumeau du Portugal qui est très bien caché et on y parle de dub au lieu du Lusitanien
  • Soit nos lascars sont dyslexiques et ils sont en fait allés au Portugal mais ils ne faut pas leur dire car ils pensent réellement avoir découvert un nouveau pays.
Dans tous les cas le voyage est plaisant et reposant.


jeudi 3 octobre 2019

Akhenaton - J'ai pas de face (1997)

22 ans après Gamani production n'a toujours pas mis la clé sous la porte, au contraire la boite prospère plus que jamais ...

Spéciale dédicace à la stachemou d'AKH qui déchire !


lundi 30 septembre 2019

El Khat - القات - Ya Raiyat - ياراعيات

Au menu du jour une bonne grosse partouze sonore !
Des chœurs féminins qui semblent tout droit sortis d'une BO d'une film léger des années 60, une rythmique qui tape dur, des cuivres tendance funk lourd, un clavier en contrepoint, un violon yéménite et une voix un peu rauque et rugueuse yéménite (qui serait peut-être israélienne) aussi à priori qui chante les louanges de la luciole ...
Le final en forme de feu d'artifice qui ressemble à une fête des Balkans jouée par des mariachis ...
En un (jeu de) mot (facile), El Khat c'est stupéfiant et hallucinant !


jeudi 26 septembre 2019

Pole - Lurch (2016)

Moins grésillant (encore que sur la fin ...) et soufflant que d'habitude Pole continue néanmoins d'explorer les contours d'un dub électronique qu'il contribue à défricher.
Toujours une basse écrasante qui impose sa pression physique.
Immersif ...


lundi 23 septembre 2019

Exodus Sexus - She's lost control (Discipline dub) (2014)

Initialement c'est une reprise du She's lost control de Joy Division en tout cas au moins sa version minimale dépouillée par Exodus Sexus.
Et c'est là que ça se complique, Discipline en fait une version dub ne gardant que le minimum de la version minimale dépouillée et ralentissant la cadence pour arriver à un truc long de plus de 11 minutes.
Le résultat un titre solaire, où il ne subsiste que le squelette du fantôme de Joy Division, un relent de mélodie éthérée égaré dans un océan d'échos chauds et propulsé par une basse sourde d'où parfois des percussions troubles et une pulsation presque iconoclaste surgissent.
On retient son souffle avant d'y plonger et de s'y noyer avec délectation ...


mercredi 18 septembre 2019

Panchasila - Patpong (2018)

Se perdre dans la luxuriance nocturne d'une jungle désertique.
S'y sentir nu et vulnérable mais tellement bien, réchauffé par la rondeur sourde et prenante d'une basse ...