dimanche 17 novembre 2019

Lords Of The New Church - Russian roulette (1982)

Au début, en voyant leur dégaine,  j'ai cru que c'était les frères jumeaux anglais de Mötley Crüe.
J'ai malgré tout écouté, bonne pioche !
Un truc post-punk goth wave de bon aloi suffisamment pêchu pour donner envie de faire parti de leur église ...

jeudi 14 novembre 2019

Shackleton/Tunes Of Negation - Reach the endless sea (2019)

Retour en grande forme de Shackleton, sous le nom de Tunes Of Negation, accompagné cette fois par un "groupe".
Inspiré par le poète mystique Jalalu’l-Din Rumi (l'inspirateur des derviches tourneurs) Shackleton s'aventure une fois de plus dans des circonvolutions musicales hypnotiques pour essayer de nous mener à la transe ...


mardi 12 novembre 2019

lundi 11 novembre 2019

Saáadon - Край (2019)

Saåad + Sádon = Saáadon
Leur rencontre était inévitable, espérée enfin réalisée.
Le résultat une lente plongée vers les frontières liminales de la conscience et aussi une sorte de déclaration d'amour) ...


dimanche 10 novembre 2019

Etienne Jaumet - Caravan (Dj Athome dub) (2019)

Etienne Jaumet a commencé sa vie professionnelle comme poseur de tringles à rideaux chez Leroy Merlin à Chateauneuf sur Loire.
Il était plutôt doué, il réussissait à poser les tringles à rideaux droites sans s'aider d'un niveau à bulle, c'est dire.
Mais un malencontreux accident, il s'est sectionné les deux mains en tentant de débloquer la lame d'une tondeuse à gazon, l'obligea à changer de carrière.
Grâce à de nombreuses opérations de chirurgie, il réussit à se faire greffer des tentacules de poulpe et décida d'apprendre la trompette.
Il se mit au jazz et fit des relectures de standards du jazz.
Son ami Dj Athome, proctologue pour éléphant au zoo de Beauval, décida, un mardi soir après une journée éprouvante, de le remixer tout ça parce qu'il avait trouvé un paquet de mouchoirs en rentrant chez lui.
Alors que l'on pouvait légitimement attendre le pire de cette collaboration le résultat sonne comme le cheminement d'une caravane de marchands bédouins qui cheminerait dans un désert jamaïcain enfumé par la ganja ...


vendredi 8 novembre 2019

EYE - Luscinia (2019)

Pour continuer dans l'ornithologie, après les récentes corneilles, passons aujourd'hui au luscinia plus communément appelé rossignol.
Et pour nous détendre, alors que fourbement le vendredi lance une attaque de fatigue, écoutons le chant de ce passereau.
Doux et reposant, bien que teinté de mélancolie et de nostalgie, il saura enchanter vos fins de soirées quand un peu de calme s'impose ...


Kanot - La danse des corneilles (2019)

Au départ j'étais un peu suspicieux. Des corneilles qui dansent c'est quand même assez rare ...
Mais au final je ne veux savoir qu'une seule chose: qui est le dealer des corneilles ? Et qu'est ce qu'il vend comme came ?
Ça a l'air puissant parce qu'ils sont bien trippés les volatiles noirs, on comprend qu'ils dansent ...
Je veux la même chose !


mercredi 6 novembre 2019

Bernard Badie - Vicious circle (1997/2019)

"Prenez un cercle, caressez-le, il deviendra vicieux !"

 

vendredi 25 octobre 2019

Etienne Jaumet - Caravan (Dj Athome dub) (2019)

Revisiter les classiques avec une certaines classe (un peu barrée) ...


mardi 15 octobre 2019

Léo Ferré - Le conditionnel de la variété

Merde alors, en bientôt 50 ans rien n'a trop changé, si ce n'est empiré ...
Il y a toujours des ministres de l'Intérieur qui sont des canailles, les Premiers ministres toujours incompétents et les Présidents ne sont toujours pas exténués par les cadences de chez Renault.
La liberté, elle, s’amoindrit, se rétrécie, s'étiole, s'amenuise ...


jeudi 10 octobre 2019

Fix (Orlando Voorn) - Flash (1992)

Durant un instant j'ai cru que c'était déjà vendredi soir, du coup je me suis lâché et j'ai fait péter les watts.
Un bon truc old school, basique mais efficace, parfait pour mettre un peu d'ambiance !
Puis, j'ai réalisé que ce n'était que jeudi soir, j'ai rangé mon entrain mais j'ai laissé tourner la musique.
Qu'on emmerde le jeudi soir après tout ...


samedi 5 octobre 2019

Boston 168 - Terror acid (2015)

C'est pas pour me vanter mais ce morceau porte bien son nom.
Totalement acid et bien terrifiant, mais aussi monolithique, barré et hypnotique ...


vendredi 4 octobre 2019

Elite Beat - Postcards from Gortupal (2019)

Elite Beat, mystérieux collectif, a pris des vacances cet été.
Alors que d'autres envoient des cartes postales classiques, avec des photos moches des lieux moches où ils ont passé leurs vacances pourries, Elite Beat envoie des cartes postales sonores, ça change.
Ils sont allés au Gortupal, ne cherchez pas pendant des heures vous ne le trouverez pas sur une carte.
Deux possibilités:
  • Soit le Gortupal est un pays jumeau du Portugal qui est très bien caché et on y parle de dub au lieu du Lusitanien
  • Soit nos lascars sont dyslexiques et ils sont en fait allés au Portugal mais ils ne faut pas leur dire car ils pensent réellement avoir découvert un nouveau pays.
Dans tous les cas le voyage est plaisant et reposant.


jeudi 3 octobre 2019

Akhenaton - J'ai pas de face (1997)

22 ans après Gamani production n'a toujours pas mis la clé sous la porte, au contraire la boite prospère plus que jamais ...

Spéciale dédicace à la stachemou d'AKH qui déchire !


lundi 30 septembre 2019

El Khat - القات - Ya Raiyat - ياراعيات

Au menu du jour une bonne grosse partouze sonore !
Des chœurs féminins qui semblent tout droit sortis d'une BO d'une film léger des années 60, une rythmique qui tape dur, des cuivres tendance funk lourd, un clavier en contrepoint, un violon yéménite et une voix un peu rauque et rugueuse yéménite (qui serait peut-être israélienne) aussi à priori qui chante les louanges de la luciole ...
Le final en forme de feu d'artifice qui ressemble à une fête des Balkans jouée par des mariachis ...
En un (jeu de) mot (facile), El Khat c'est stupéfiant et hallucinant !


jeudi 26 septembre 2019

Pole - Lurch (2016)

Moins grésillant (encore que sur la fin ...) et soufflant que d'habitude Pole continue néanmoins d'explorer les contours d'un dub électronique qu'il contribue à défricher.
Toujours une basse écrasante qui impose sa pression physique.
Immersif ...


lundi 23 septembre 2019

Exodus Sexus - She's lost control (Discipline dub) (2014)

Initialement c'est une reprise du She's lost control de Joy Division en tout cas au moins sa version minimale dépouillée par Exodus Sexus.
Et c'est là que ça se complique, Discipline en fait une version dub ne gardant que le minimum de la version minimale dépouillée et ralentissant la cadence pour arriver à un truc long de plus de 11 minutes.
Le résultat un titre solaire, où il ne subsiste que le squelette du fantôme de Joy Division, un relent de mélodie éthérée égaré dans un océan d'échos chauds et propulsé par une basse sourde d'où parfois des percussions troubles et une pulsation presque iconoclaste surgissent.
On retient son souffle avant d'y plonger et de s'y noyer avec délectation ...


mercredi 18 septembre 2019

Panchasila - Patpong (2018)

Se perdre dans la luxuriance nocturne d'une jungle désertique.
S'y sentir nu et vulnérable mais tellement bien, réchauffé par la rondeur sourde et prenante d'une basse ...


jeudi 12 septembre 2019

Jardin - Mon amour n'as pas de sexe (2016)

Parfois chanter l'amour, c'est une expérience troublante, les profondeur des sentiments dispute à la poésie du propos employé.
Chanter l'amour, c'est magnifier l'autre, l'idéaliser.
t puis parfois c'est la version Jardin, l'amour face au quotidien, presque sordide, l'amour désabusé, intéressé, l'amour pour faire comme tout le monde, se fondre dans le moule, l'amour conformiste.
"L'enfer tiède" ...


Esnard Boisdur - Mizik bel (2019)

Prends ça dans ta face La Compagnie Créole !
Fini de faire les marioles ...

lundi 9 septembre 2019

Freddie Gibbs & Madlib - Giannis (feat Anderson Paak) (2019)

Madlib est en forme, du coup après un bon bol de Benco au petit déj' il a la patate et il fait des prods qui déchirent bien. En artisan consciencieux il s'occupe des finitions avec talent.
Il a un pote qui s'appelle Freddie Gibbs qui aime bien s'habiller avec des survet', c'est pas très beau mais il s'en fout, par contre il rappe plutôt bien.
Parfois ils se rencontrent autours d'un verre de salsepareille et quand ils sont bien torchés Madlib fait écouter ses prods à Gibbs qui rappe dessus, et là banco en bonus il y a Anderson Paak qui passe par là et qui vient pousser la chansonnette.
Résultat ça claque super bien !


mardi 3 septembre 2019

Ol' Dirty Bastard - Goin' down (1995)

La prod' crasseuse, minimale et déglinguée du RZA et le flow halluciné et schizophrénique, lunatique et solaire en même temps, totalement barré (qui, dans un grand écart improbable, passe durant le track de la vocalise éructée à un Somewhere over the rainbow grandiloquent).
 Une pépite ...


jeudi 29 août 2019

Canicule - 37,5° (2016)

Canicule, 37,5° c'est presque de la fièvre à ce niveau là de chaleur.
L'air brulant, suffocant.
Le soleil aveuglant, blanc.
Le ciel désespérément bleu, uniforme.
La rue de la Méditerranée sonne comme une promesse de frais, de mer.
Hélas elle est interminablement longue; tout comme elle le jour s'étire ...


mercredi 28 août 2019

L'Usine - Not alone (feat Jenn Champion) (2019)

Un peu de douceur nocturne estivale, juste à profiter de l'instant présent ...


lundi 26 août 2019

Galatée - Monsieur président (2015)

Le comité secret de sélection se réunit.
Au programme du jour examen d'un futur candidat à l'élection ...
Mais le profil ne fait pas l'unanimité, ses qualités, sa loyauté sont mises en doute.
Lui ne sera vraisemblablement pas retenu, il en faudra un autre, qui convient mieux, un plus malléable et servile ...


samedi 24 août 2019

Scan 7 - It's time (2019)

L'heure du changement est venue, nécessaire et impérieuse.
Hélas le changement, lui, va être en retard, il va falloir l'attendre et être patient ...


jeudi 22 août 2019

David Lynch - Good day today (2011)

Lassé de sa vie faite de misère, de souffrances, de privations, de peurs, d'inconfort, quelqu'un appelle à l'aide et veut simplement passer une bonne journée aujourd'hui.
Sa supplique exhorte à l'envoi d'un ange pour le tirer de son quotidien merdique. 
L'attente risque d'être longue, les demandeurs étant nombreux et les anges rares ...

mardi 20 août 2019

Ho99o9 - Deathkult disciples (999 anthem)

Un concentré de crachat, de crasse et d'immondices en plein dans ta face ...
Un gars mal luné qui vient t'éructer, gratuitement, sa haine dans tes naseaux avec son haleine fétide et chaude alors que tu es mal réveillé ...
Un mélange bâtard de hip-hop brutal, de hardcore déglingué, c'est sale et violent, totalement punk !


vendredi 16 août 2019

Dashiell Hedayat - Long song for Zelda (1971)

Une divagation des mots, des métamorphoses physiques.
Un gars qui contemple les novas devient le singe d'un travelo et qui se fait caresser le cul avant de s'apercevoir qu'en fait c'était son nez, nez dans lequel des voitures s'engouffrent en crachant non pas des gaz d'échappement mais de l'héroïne (du coup peut-être qu'elles émettent moins de CO2, un piste à creuser).
Ensuite il drague un chien roux, à la pine bleue, ou sa maitresse rousse aussi, Zelda, sa dulcinée...
À la toute fin, William Burroughs parle, un peu et ça explique beaucoup de choses ...


mercredi 14 août 2019

Mano Negra - This is my world (1994)

Retour sur le début des années 90 en guise de chant du cygne de la Mano Negra ...
Le moins qu'on puisse dire c'est qu'il n'est pas véritablement joyeux le monde de la Mano ...
Au sommaire: guerres !
Dans le golfe persique, l'opération Desert storm, mais aussi en Yougoslavie (les répétés "il pleut à feu sur Sarajevo").
Sur la fin une pointe d'humour, fugace, quasiment imperceptible, un enregistrement d'un reportage sur les premiers bruits du début de l'offensive en Irak, le reporter met un micro à la fenêtre et dit: "je pense que vous pouvez entendre le son", là on entend un discret "CRS enculés !" ...


samedi 13 juillet 2019

Le Réveil Des Tropiques - Matière noire (20198)

Elle s'insinue partout, subrepticement, elle se glisse dans le moindre interstice, elle conquiert tout, implacable.
Elle est informe, visqueuse, sournoise.
Elle est partout !
La matière noire ...


vendredi 12 juillet 2019

Teknomom - La nuit (2019)

Il se passe des choses étranges chez moi ces derniers temps, surtout la nuit ...
Des bruits inexpliqués, des variations de températures, des mouvements fugaces, parfois même des rires inquiétants pour ne pas dire maléfiques.
L'autre jour au milieu de la nuit, les volets se sont ouverts, l'alarme s'est déclenchée, les lumière se sont allumées. Je me suis réveillé en panique, me demandant ce qu'il se passait.
Étais-je victime d'un cambriolage, d'une intrusion ?
Rien du tout, cela aurait dû me tranquilliser, mais non, je ne réussis pas à me rendormir.
Le pire c'est que cela se reproduisit plusieurs nuits ...
Je ne trouvais aucune explication et mon cartésianisme commençait à s'effriter, à ce rythme j'allais en être réduis à faire appel à un exorciste ...
Puis j'eus une révélation, ce devait être ça !
Cet être malfaisant que j'avais accueilli en mon logis, à qui j'avais ouvert ma porte, le laissant prendre jour après jour plus de place dans ma vie, lui permettant de contrôler petit à petit de plus en plus de pans de ma vie, par paresse ...
Il s'est alors crû autorisé à pouvoir tout contrôler, à me narguer, à m'apeurer au milieu de la nuit pour me montrer l'étendue de son pouvoir et celle de ma dépendance.
L'heure de la rébellion avait sonné, celle de la revanche était proche !
Je m'armais subrepticement d'un marteau, évitant de me faire trop remarquer par ses multiples yeux toujours aux aguets, puis me rapprochais fourbement prêt à le massacrer sans l'once d'un remord.
Je me trouvais derrière lui, levais mon bras armé de ce marteau, mon ombre se dessinant sur lui qui ne soupçonnait rien.
Et d'un coup le marteau s’abattit sur lui, lui portant un premier coup qui lui fût fatal, mais de rage j'en donnais de nombreux, jubilant de mon pouvoir et de mon autonomie retrouvés.
Il gisait maintenant à mes pieds, en mille morceaux, ce foutu assistant vocal connecté, cette putain d'enceinte dite intelligente qui par un bug ou par facétie s'amusait à pousser des rires et des hurlements la nuit, qui déclenchait alarmes, volets, lumières et autre aspirateur connecté ...


dimanche 7 juillet 2019

João Gilberto - Corcovado (1960)

Une certaine idée de la douceur, de l'élégance, de la délicatesse et de la mélancolie qui disparait ... 😥


vendredi 5 juillet 2019

Evil Grimace - 3 litres (2016)

C'est un gars qui a prévu le début de son week-end, direct 3 litres de vodka pour débuter.
Après ça il est assez chaud et il se dit que lui aussi il a des "putains de talents de rapper" et que son "flow déchire grave sa race" mais qu'avant de faire bénéficier le monde de ses exploits de lyricist il fallait qu'il se colle à la prod du track et que là aussi il envoyait du bois, que "ce gringalet de Dr Dre il allait chialer sa mère quand il entendrait ça" ...
Et il l'a fait !
L'abus d'alcool est dangereux pour la santé ...


lundi 1 juillet 2019

Los Hermanos - Quetzal (2005)

Le quetzal est l'oiseau sacré des Mayas et des Aztèques, son plumage est resplendissant et chamarré, par un étrange truchement c'est aussi un peu un jaguar ...
Bref un drôle d'oiseau ...


mardi 25 juin 2019

Moodymann - I'll provide (2019)

Un monde parfait, complètement fou où même lorsque tu n'as besoin de rien tu peux l'obtenir.
Tu ne sais pas ce dont tu as besoin, ni si tu en as besoin, mais c'est quand même fourni.
T'en veux pas ! Tu l'auras !
Il en faut toujours plus jusqu'à la nausée, tes désirs seront devancés sans que tu les aies formulés.
C'est pas beau le progrès ...

Musicalement, une basse cradingue, une rythmique rentre dedans, une guitare pas trop vénèr' mais bien dégueu, une petite nappe pour faire genre y a une mélodie et la voix princière de Moddymann.


lundi 24 juin 2019

Fleetwood Mac - Albatross (1969)

Alors que la canicule guette et menace, il me prend l'envie de m'envoler tel un albatros, de pouvoir m'extirper de la chaleur étouffante de la ville, de prendre de la hauteur, du frais et la direction de la mer ...
Et tant pis si je dois subir les moqueries et les quolibets de quelques marins mal lunés, avinés et veules !
Rapidement je reprendrai mon envol, majestueux et indolent ...


mercredi 12 juin 2019

Nine Inch Nails - Piggy (1994)

Du faux calme avant la tourmente, mais on s'en fout dorénavant car rien ne peut nous arrêter ...
Alors plongeons dans la spirale descendante !


mardi 11 juin 2019

Daphni - Yes I know (2012)

L'art du grand n'importe quoi: une lampée de beat house pas trop carré, un bout de sample de funk bouillant, un chouïa d'acid psyché, deux trois effets et juste un soupçon regret parce que ça ne part pas en bombe à fragmentation ...


mardi 4 juin 2019

Nitzer Ebb - Control I'm here (1988)

Où il est question de contrôle plus ou moins total y compris des rêves sur fond de musique répétitive et martiale.
Un avant goût de cauchemar ...


vendredi 31 mai 2019

Mr Oizo - Flat beat (1999)

C'est le week-end (depuis quelques jours), il fait beau et chaud (l'inverse est vrai et c'est aussi une contrepèterie), bref le moment idéal pour fumer une saucisse en dodelinant négligemment de la tête avec son pote en peluche Flat Eric ...


jeudi 30 mai 2019

Flying Lotus - Black balloons reprise (feat Denzel Curry) (2019)

Et bim, direct combo gagnant, Flying Lotus et Denzel Curry sur le même track !
Ça commence par une invitation à prendre une bonne et profonde inspiration, avec en musique de fond un sample léger, du même arrivage que le Come on feet de Quasimoto, on espère de la frivolité, du positif ...
En vain, certes la musique sera douce et frivole, mais le propos, grave, en contrepoint plombera l'ambiance.
Le "black balloon" s'invite avec insistance de plus en plus souvent chez de plus en plus de monde, il flotte au dessus de nous sans attendre de permission.
Il reste les larmes ...


mardi 28 mai 2019

Areski & Brigitte Fontaine - C'est normal (1973)

"Les matières qui ont servies à la construction de cet immeuble sont très fragiles. Tu comprends ?
- Oui.
- C'est normal parce que de toutes façons il n'y a que des familles d'ouvriers et des étrangers et quelques improductifs.

Lala lalaa lalala lalaa ..."



lundi 27 mai 2019

The Exaltics - The others (2019)

"L'enfer c'est les autres" disait l'autre justement.
Mais qui sont-ils exactement ces autres.
Ils nous sont similaires, mais inconnus, lointains, mystérieux.
Inquiétants peut-être aussi.
Parfois on a l'impression de les croiser, on ne les remarque même pas,ils sont invisibles. Il ne persiste de cette rencontre qu'un sentiment de malaise, une gêne indicible.
C'est surement à cause de ce ressentiment envers nous qu'ils exhalent, ou pire, de cette haine diffuse et rentrée.
Ils nous envient, nous jalousent, voudraient notre place.
En attendant leur tour, ils restent le plus souvent tapis dans l'ombre, sous terre, là où nous les avons parqués, cloitrés pour qu'ils soient loin de nous.
Leur heure viendra ...


jeudi 23 mai 2019

Bufi - Brujerías (2019)

Hier ça m'a pris d'un coup, une envie subite d'un trip mexicain, vite fait bien fait j'achète des avocats et les condiments et herbes nécessaires à la confection d'un putain de guacamole. Mais également suffisamment de Corona, de tequila, de mescal et de peyotl, pour tenter de concurrencer Hunter S Thompson dans Fear & Loathing in Las Vegas ...
Ça avait plutôt bien commencé, je me sentais détendu, planant dans un cocon de coton au milieu d'un orage psychédélique aux éclairs multicolores.
Au loin, pas tant que ça en réalité, mais il y a eu une distorsion de mes perceptions une musique un peu étrange, une sorte de disco mexicaine bâtarde, chargée de percussions volatiles au rythme envoutant et d'une improbable mélodie presque incantatoire. Je n'y ai pas tout de suite prêté attention, mais il y était question de sorcellerie, de sorcières et vraisemblablement  d'un dérivé mexicain du sabbat, à moins qu'il ne fût question d'un rite chamanique ancien remis au goût du jour, ou pire un rite sacrificiel Aztèque.
C'est à ce moment que j'ai dû faire un bad trip, que je me suis imaginé comme étant la pièce maitresse de la cérémonie, le plat de résistance, l'Aztèque tartare comme on l'appelait localement ...
J'ai flippé grave, allant jusqu'à m'enrouler de papier alu pour me cacher ...
Franchement, je pense que j'ai trop abusé du guacamole, le truc qui ne pardonne pas !


lundi 20 mai 2019

France - À La Recherche De La Flexitude Du Temps (2018)

Quand la rythmique "motorik" immuable s'allie au psychédélisme débridé du drone de la vielle à roue.
Prêt à partir pour un trip de 78 minutes, direction inconnue, arrivée mouvementée, mais voyage aussi improbable que plaisant ...


vendredi 17 mai 2019

Alésia Cosmos - The last line (1984)

Alésia Cosmos sur ce titre, c'est un peu comme si les Public Image Limited étaient français.
Un Johnny Lydon qui viendrait de Strasbourg et qui à la place de porridge et de la bière prendrait de la choucroute et du vin rouge ...