vendredi 31 mai 2019

Mr Oizo - Flat beat (1999)

C'est le week-end (depuis quelques jours), il fait beau et chaud (l'inverse est vrai et c'est aussi une contrepèterie), bref le moment idéal pour fumer une saucisse en dodelinant négligemment de la tête avec son pote en peluche Flat Eric ...


jeudi 30 mai 2019

Flying Lotus - Black balloons reprise (feat Denzel Curry) (2019)

Et bim, direct combo gagnant, Flying Lotus et Denzel Curry sur le même track !
Ça commence par une invitation à prendre une bonne et profonde inspiration, avec en musique de fond un sample léger, du même arrivage que le Come on feet de Quasimoto, on espère de la frivolité, du positif ...
En vain, certes la musique sera douce et frivole, mais le propos, grave, en contrepoint plombera l'ambiance.
Le "black balloon" s'invite avec insistance de plus en plus souvent chez de plus en plus de monde, il flotte au dessus de nous sans attendre de permission.
Il reste les larmes ...


mardi 28 mai 2019

Areski & Brigitte Fontaine - C'est normal (1973)

"Les matières qui ont servies à la construction de cet immeuble sont très fragiles. Tu comprends ?
- Oui.
- C'est normal parce que de toutes façons il n'y a que des familles d'ouvriers et des étrangers et quelques improductifs.

Lala lalaa lalala lalaa ..."



lundi 27 mai 2019

The Exaltics - The others (2019)

"L'enfer c'est les autres" disait l'autre justement.
Mais qui sont-ils exactement ces autres.
Ils nous sont similaires, mais inconnus, lointains, mystérieux.
Inquiétants peut-être aussi.
Parfois on a l'impression de les croiser, on ne les remarque même pas,ils sont invisibles. Il ne persiste de cette rencontre qu'un sentiment de malaise, une gêne indicible.
C'est surement à cause de ce ressentiment envers nous qu'ils exhalent, ou pire, de cette haine diffuse et rentrée.
Ils nous envient, nous jalousent, voudraient notre place.
En attendant leur tour, ils restent le plus souvent tapis dans l'ombre, sous terre, là où nous les avons parqués, cloitrés pour qu'ils soient loin de nous.
Leur heure viendra ...


jeudi 23 mai 2019

Bufi - Brujerías (2019)

Hier ça m'a pris d'un coup, une envie subite d'un trip mexicain, vite fait bien fait j'achète des avocats et les condiments et herbes nécessaires à la confection d'un putain de guacamole. Mais également suffisamment de Corona, de tequila, de mescal et de peyotl, pour tenter de concurrencer Hunter S Thompson dans Fear & Loathing in Las Vegas ...
Ça avait plutôt bien commencé, je me sentais détendu, planant dans un cocon de coton au milieu d'un orage psychédélique aux éclairs multicolores.
Au loin, pas tant que ça en réalité, mais il y a eu une distorsion de mes perceptions une musique un peu étrange, une sorte de disco mexicaine bâtarde, chargée de percussions volatiles au rythme envoutant et d'une improbable mélodie presque incantatoire. Je n'y ai pas tout de suite prêté attention, mais il y était question de sorcellerie, de sorcières et vraisemblablement  d'un dérivé mexicain du sabbat, à moins qu'il ne fût question d'un rite chamanique ancien remis au goût du jour, ou pire un rite sacrificiel Aztèque.
C'est à ce moment que j'ai dû faire un bad trip, que je me suis imaginé comme étant la pièce maitresse de la cérémonie, le plat de résistance, l'Aztèque tartare comme on l'appelait localement ...
J'ai flippé grave, allant jusqu'à m'enrouler de papier alu pour me cacher ...
Franchement, je pense que j'ai trop abusé du guacamole, le truc qui ne pardonne pas !


lundi 20 mai 2019

France - À La Recherche De La Flexitude Du Temps (2018)

Quand la rythmique "motorik" immuable s'allie au psychédélisme débridé du drone de la vielle à roue.
Prêt à partir pour un trip de 78 minutes, direction inconnue, arrivée mouvementée, mais voyage aussi improbable que plaisant ...


vendredi 17 mai 2019

Alésia Cosmos - The last line (1984)

Alésia Cosmos sur ce titre, c'est un peu comme si les Public Image Limited étaient français.
Un Johnny Lydon qui viendrait de Strasbourg et qui à la place de porridge et de la bière prendrait de la choucroute et du vin rouge ...


mardi 14 mai 2019

Jérôme Minière - La beauté (2019)

Face à l'accélération évidente et inexorable du monde et alors que tout est à portée d'un glissement de doigt sur  l'écran d'un smartphone.
L'amour, l'art, les sentiments, le désir, le travail  ... tout devient rapide, instantané et fugace.
Reste la Beauté, éternelle, immuable, lente et pleine d'espoir ...


samedi 11 mai 2019

Ruby My Dear - Dédaism (2019)

Une boucle de piano et une boucle de synthé, rien de bien compliqué, puis arrivent les beats alambiqués et triturés.
Pourtant cela reste aérien et donne envie de se perdre dans ce dédale ...


vendredi 10 mai 2019

Smith & Mighty - Closer (1995)

Se laisser envahir par cette basse puissante et apaisante, puis réaliser qu'il y a aussi une rythmique moelleuse.
C'est le moment où l'on se liquéfie avec délice ...


Coil - Theme from gay man's guide to safer sex (1992/2019)

Un titre qui sent, entre autre, l'appel du week-end, de la glande ...
Un morceau de Coil assez surprenant, très "balearic house", comme certains vieux Moby en plus ambiant, à savourer en sirotant un cocktail au soleil sur une terrasse ensoleillée près de la mer 🍹
Et sortez couverts ...


lundi 6 mai 2019

Aldorande - Beauty island (2019)

Dans la liste des choses qui sont faites en avance je peux dorénavant cocher la case "chanson de l'été".
Un morceau d'obédience jazzy cool, suave, lent et langoureux, qui sent bon la chaleur estivale et les vacances.
Il suffit de fermer les yeux et le voyage débute, direction l'Île de Beauté, embarquement immédiat à bord du Casanova ...


samedi 4 mai 2019

vendredi 3 mai 2019

Black Rain - City of atomic ghost (2019)

Tendue et inquiétante.
Voilà comment résumer cette ville.
Une ville minérale, froide et déshumanisée, qui ne survit que grâce à la robotisation extrême de ses activités. Des bus, des métros, des voitures autonomes et automatiques y circulent mais c'est à peu près la seule activité qui s'y déroule.
Et puis parfois, il y a cette résurgence du passé humain: le fantôme atomique, vestige fugace.
Il passe, ou plutôt elle passe, laissant dans son sillage quelques vocalises voilées, en guise de souvenir de son ultime et terrible calvaire ...


mercredi 1 mai 2019

Archie Shepp - Les matins des noire (1966)

Il y a un peu de confusion à la fin, on ne sait plus trop si c'est le matin, la nuit.
Du coup on se laisse subjuguer et emporter ...