vendredi 29 mars 2019

Viagra Boys - Just like you (2018)

C'est l'histoire d'un gars qui fait un rêve, une petite vie bien rangée, toute tranquille, avec la belle maison, l'adorable femme, le mignonnet petit chien, ne manque que le nain de jardin dans l'allée et le nettoyage de la voiture le week-end et la belle doche qui vient au déjeuner le dimanche midi pour parfaire ce tableau idyllique.
Et puis le gars se réveille et se rend compte que sa vie ce n'est pas ça du tout !
Qui voudrait de cette vie de psychopathe, heureusement que ce n'était qu'un mauvais cauchemar, il est toujours dans son rade de troisième zone en compagnie de ses potes déglingos avec pour unique propriété une chemise sur le dos.
Une inversion de vision du monde ...


mardi 26 mars 2019

Scott Walker & Sunn 0))) - Lullaby (2014)

Scott Walker assisté des artificiers sonores de Sunn O))) se lance dans la relecture d'un de ses titres: Lullaby.
Autant dire les choses rapidement et simplement Scott Walker n'est pas très doué en berceuse, ou alors il a mal compris le concept.
Généralement la berceuse a pour but d'endormir quelqu'un, le plus souvent un enfant, de le détendre pour le relaxer et accéder au sommeil grâce à la douceur de la mélodie et le rythme lent.
Ici ce n'est pas le cas, hormis la lenteur du rythme, c'est plutôt une stresseuse, une musique à faire au mieux des cauchemars en étant angoissé au pire à ne pas dormir de la nuit, transit de peur, redoutant que le pire ne se produise.
Et cela sans compter la thématique de la chanson elle-même, Scott Walker y aborde la thématique du suicide assisté.
Au final c'est plutôt une sorte d'oraison funèbre au charme obscur, ambivalent, magnétique et envoutant ...

RIP Scott Walker !


lundi 25 mars 2019

Benjamin Lew & Steve Brown - Profondeurs des eaux des laques (1985)

Au petit matin, au bord d'un lac reculé, le soleil se lève, le brouillard non.
Pas un bruit, juste le bruissement du vent dans les branches des arbres, le vague clapotis de l'eau, pas même un oiseau qui viendrait perturber ce moment.
Ne rien faire, si ce n'est respirer lentement ...


dimanche 24 mars 2019

Beat Pharmacy - Pulse nodes (2019)

Et puis soudainement le temps, inexplicablement, se met à s'écouler avec une lenteur infinie ...
C'est appréciable !


vendredi 22 mars 2019

Svarte Greiner - Twin (2019)

Où il est question de jumeau et où ce jumeau s'il n'est pas maléfique est peut-être légèrement inquiétant.
Déjà ce jumeau ne se manifeste que la nuit, quand on ne l'attend pas mais en plus il pousse de longs et étranges murmures sourds, ce qui n'incite pas réellement à la quiétude, de surcroit il est accompagné d'une fumée brumeuse, humide et froide ...
Glaçant !


lundi 18 mars 2019

Josef Garret - Without sex (Wolfstream with sex rework) (2016)

Angleterre, 1982, Margaret Thatcher s'amuse beaucoup à casser tout ce qui de près ou de loin ressemble à du social dans le pays et s'éprouve aucun remord à regarder mourir des Irlandais en grèves de la faim.
Un de ses compatriotes particulièrement dépressif se demande si la situation pourrait être pire.
Jovial il compose une musique si minimaliste que son Revox souffreteux s'est pendu avec la bande d'enregistrement, puis il se met à chanter de sa voix enjouée, dans un moment d'entrain rare il se dit que sans sexe ce serait une bonne idée pour empirer la situation.
Puis le morceau tombe dans l'oubli durant près de 35 ans avant que les archéologues russes Wolfstream ne le redécouvrent. Leur constat est sans appel: déprimant, pire qu'un discours de Raymond Barre traduit en islandais, pour palier cette déprime ils rajoutent un rythme neurasthénique et réagencent le track de manière homéopathique ...


dimanche 17 mars 2019

Tim Buckley - Sweet surrender (1972)

Un matin de juin 1972 Tim Buckley se réveille en se disant: "et si je faisais du sex funk !"
Mais pourquoi pas, allez bingo !
Ce sera l'album Greetings from LA.
Alors le résultat est mitigé, question sexe et funk on a connu mieux, plus entraînant et plus orgasmique.
Et puis il y a Sweet Surrender où Tim Buckley se prend pour un chanteur soul pur jus accompagné par son groupe de all stars, un cador de la Motown, ou de Stax records.
Il est tellement remonté qu'il pense pouvoir défier Barry White, Isaac Hayes et le fantôme d'Otis Redding et leur mettre une raclée vocale ...


vendredi 15 mars 2019

Hifiklub with Luis Fernandes, Joana Gama, Lula Pena - Jeu dit sous le vent (2019

Hifiklub après avoir exploré la Corse s'arrête au Portugal à Lisbonne.
Toujours cette ambiance feutrée, ce moment tardif de la nuit propice aux confidences intimes et secrètes, de celles que l'on murmure d'une voix profonde, grave, de celles qui laissent sa place au silence et à la respiration ...


jeudi 14 mars 2019

Oren Ambarchi - Triste Part 1 (2005)

L'inéluctable fin se rapproche chaque jour un peu plus ...
D'ici là profitons !
Alors, encore une fois, chut, c'est la nuit (et elle sera longue) ...


mercredi 13 mars 2019

How To Disappear Completely - Seraphim (2019)

"A dream will free us from our chains, mysterious and infinite, a sweet trembling runs through us − as if an echo sounded from the depths of our despair."
Je crois que je suis en pleine période: "Chut, c'est la nuit ..."

 

mardi 12 mars 2019

Coil - The dreamer is still asleep (1999)

Un rêve , où à dos de mule on cheminerait, à peine perturbé par les chaos du sentier, sans trop savoir quel est le but.
On se laisserait bercer par ce rythme indolent et cette voix envoûtante qui ferait presque oublier l’intranquillité sourde du voyage, son inconfort diffus et invisible.
Faudra-t-il absolument se réveiller ...


lundi 11 mars 2019

Sababa 5 feat Yurika - Crossroad Of Love (愛の交差点 / Ai no Kousaten) (2019)

Grand écart entre le moyen orient, Tel-Aviv et l’Asie, Tokyo.
Du groove moyen oriental aux synthés trop chargés en sucre mais chamarré à souhait chanté de manière un peu incongrue en Japonais.
Étrange mais envoutant et rafraichissant !


vendredi 8 mars 2019

Arling & Cameron - We are A & C (2001)

1992 Arling et Cameron ne se connaissent pas encore mais ça ne saurait tarder.
Déjà ils sont tous les deux hollandais, ce qui leur fait un point commun.
Mais ce n'est pas ce qui sera déterminant
Leur rencontre se produit durant la campagne pour le référendum de Maastricht, tous deux militant pour le oui. Ils se découvrent aussi une passion commune pour le hula hoop et la collection de chewing-gum mâchés. Puis un jour alors qu'ils sont chez leur coiffeur ils décident de faire de la musique.
Ils commencent par lancer un groupe de ventriloques, un flop total ... Pas découragés ils tentent ensuite de monter un groupe au concept inédit: ils tapent l'une sur l'autre deux bouteilles vides de plastique en poussant des hurlements lugubres, un nouvel échec cuisant (et une condamnation pour mauvais goût patenté).
Hélas rien ne les arrête, cette fois-ci ils veulent "faire un groupe de hard rock qui jouerait avec des élastiques", heureusement ils n'iront pas jusqu'au bout.
2001, inlassables, ils sont cette fois dans le hip-hop hardcore de racailles et de dealers de drogue, des thug, 50 Cents va te rhabiller.
Bon pour le hardcore c'est pas gagné ... mais comme rap d'ambiance tranquille ça se défend, bon d'accord ils ont le flow d'une endive, mais il y a sur la fin une saveur de Kraftwerk qui ferait du rap faisant passer la pilule et puis ils ont même réussi leurs scratchs ...

Sinon la pochette du disque est hideuse.


mercredi 6 mars 2019

R.L. Burnside - Hard time killing floor (2000)

Une triste histoire, des temps difficiles, de plus en plus ... des morts ... de l'argent, un peu ... le destin ...
Du blues ...


mardi 5 mars 2019

Savages - Fuckers (2014)

Ne pas se laisser emmerder, par quelque casse couille patenté que ce soit !
Ferme, nerveux, possédé et définitif...