lundi 30 avril 2018

Sonic Youth - Tokyo eye (1994)

Des coïncidences.
Un Sonic Youth qui traine et qui de fil en aiguille amène ce Tokyo eye.
Ce Tokyo eye, un peu trouble, avec la voix ambivalente de Thurston, susurrée mais faussement affable qui contraste avec la musique d'abord calme puis frénétique, un peu comme le pouls de la ville qui ne semble jamais réellement vouloir dormir.
Puis de là songer à Demonlover, qui se déroule partiellement à Tokyo et qui indirectement ramène également à Sonic Youth, vu qu'ils composent une partie de la bande son, un film sur l'ambition, le sexe, les faux-semblants, la manipulation, la perdition mais pas la rédemption ...


dimanche 29 avril 2018

Boards Of Canada - Music is math (2002)

"The past inside the present"
Il est grand temps de se (re)plonger dans les ambiances lysergiques, éthérées, nostalgiques et enfantines des Boards Of Canada et de se laisser aller à l'hypnagogie.
Ce moment fugace et trouble où la conscience se fond, se laisse envahir par la rêverie, pénétrer par l'hallucination, avant de sombrer dans l'inconnu du sommeil ...


4

samedi 28 avril 2018

Jack Peoples - Song 6 (2017)

Une boite à rythme indisciplinée, imprévisible, erratique tente tant bien que mal de donner une structure au morceau.
Vient s'ajouter un piano frêle dont les premières notes rappellent subrepticement le "Corcovado" de Getz et Gilberto puis qui s'en éloigne n'en gardant qu'un peu de mélancolie et de douceur.
Une sorte de jam session de jazz électronique taillée pour les moments qui nécessitent de la quiétude nonchalante.


vendredi 27 avril 2018

Bagarre - Danser seul (ne suffit pas) (2018)

Comme un goût auditif retour dans le passé.
Des accords de synthé du passé, des sirènes de rave, une rythmique un peu brute de fonderie ...
Et puis ces voix une féminine, l'autre masculine.
Les deux, dans un club, se cherchent, se tournent autours, n'en peuvent plus de danser seuls.
Comme une potentielle odeur de stupre, de sueur, de fluides corporels.
Mais se trouveront-ils, copuleront-ils ?


jeudi 26 avril 2018

Fat Boy Slim - Everybody needs a 303 (1996)

L'heure de la tournerie, du truc vitaminé qui part en cacahouète puis en vrille acide.
Une montée continue et enjouée avec rafales de 303 et exhortations au besoin d'amour, déjà ça commence à tabasser sérieusement, puis arrive quasiment par surprise une phase de plateau, trompeusement sereine et enfin le feu d'artifice final, celui qui crame les derniers neurones qui auraient vaillamment résisté aux précédents assauts et dévaste tout sur son passage ...

  

mercredi 25 avril 2018

Synthesis - City song (1976/rééd 2002)

Une vision estivale, ensoleillée et insouciante de la ville.
Une ville où il fait toujours beau et chaud, une ville où circuler est facile et fluide, de larges avenues bordées d'arbres le long desquelles promène une foule dilettante.
Une ville où les terrasses de café pullulent et où il fait toujours bon y siroter un cocktail ou un café.
Une ville où il y a des disquaires vintages, des libraires vintages.
Une ville avec des espaces de co-working, des barbiers, des magasins de fringues stylées, des restaurants bio végan ...
Oh, putain, mince, c'est une ville de hipsters, dommage ça avait l'air bien ...


mardi 24 avril 2018

Ras G - Heaven is between her legs (initiate the return) (2018)

Où il est question de "porte des étoiles", d'origine du monde et de toucher du doigt le paradis.
Cela sans subir l'endoctrinement délétère des religions de tout poil.
Comme dirait l'autre: "on n'est pas bien là !"

 

dimanche 22 avril 2018

Selda - Ince ince bir kar yağar (1976)

Un concentré d'énergie et de sensibilité soufflant la rage, la révolte et l'espoir.
Où il est question de combattre l'injustice et les inégalités et de neige qui tombe.
Vaste programme toujours d'actualité ...


vendredi 20 avril 2018

Silicone Soul - Right on 4 tha darkness (1999)

Du bon usage du sample.
Classieux,entêtant, imparable et jouissif, la guitare, les cordes et de la créativité, parce que y faut pas déconner, un bon sample ça ne fait pas tout ...


Future Sound Of London - My kingdom (1996)

Un royaume vaste, aux mille paysages, des montagnes flamboyantes, des forêts aussi gigantesques que verdoyantes, des champs riches à la terre grasse, des plages au sable fin et blanc qui contraste avec le bleu turquoise des eaux, des villes resplendissantes à l'architecture novatrice.
Un magnifique royaume en un mot.
Son souverain voudrait le parcourir, le contempler, tout seul, le sentir par lui-même mais ce serait fastidieux à pied ...
Alors il a cette idée folle: voler !
Mais il n'est pas un oiseau, hélas.
Que faire ?
Le roi ne se résigne pas, il fait venir les plus grands scientifiques, les meilleurs ingénieurs, les chercheurs les plus doués, les magiciens les plus renommés, les coachs sportifs les plus fameux et les fait cogiter, expérimenter, innover, inventer.
Et puis un jour, l'impensable se produit, le roi s'élève de quelques centimètres, lévite, puis réussit à se déplacer de quelques autres centimètres avant de s'écraser pathétiquement sur le sol.
Mais il y est parvenu.
A force d'entrainement, il a acquis de la technique, de l'endurance et de la vitesse.
Maintenant il arrive alors qu'il est allongé sur le ventre à s'élever à trente centimètres au dessus du sol et à atteindre la vitesse de vingt-trois kilomètres heure.
Heureux, mais toutefois ridicule, il parcours son royaume en volant tout seul à hauteur de genou ...


mercredi 18 avril 2018

Sonoko - Marienbad (1983)

"Voilà, maintenant, je suis à vous."
Une Japonaise qui chante, susurre, en français sur un fond fantomatique de film de Resnais, L'année dernière à Marienbad, après le fracas d'une guitare suivie d'une musique minimaliste, mélancolique et lancinante en guise d'accompagnement.
Le français est parfois hésitant, la voix fragile telle un souffle qui pourrait se suspendre, fluette, juvénile, gracile comme un soupir, légère comme le soupçon d'un flottement.
Elle raconte le souvenir d'une rencontre, l'oubli qui pourrait survenir ...


mardi 17 avril 2018

Myth Syzer - Le code (feat Bonnie Banane, Ichon & Muddy Monk) (2017/2018)

C'est peut-être la chaleur soudaine associée à du vin qui explique ce moment d'égarement.
Langoureux, lent, évanescent, estival, facile et un peu creux et futile.
Néanmoins totalement efficace pour provoquer une érection auriculaire (c'est un coup à se retrouver avec des oreilles de lapins).
C'est déjà l'été ...


lundi 16 avril 2018

Versalife - Artificial affection (2016)

Le cœur de la machine.
Un battement métronomique, désincarné qui plonge son auditeur dans une sorte de rêverie douce, agréable, apaisante.
Le genre d'état qui laisse penser que les machines pourraient avoir dans leurs circuits imprimés, leurs engrenages et leurs vérins hydrauliques, comme une sorte d'âme ...


dimanche 15 avril 2018

The (Hypothetical) Prophets - Wallenberg (French version) (1982/2016)

Étrange assemblage, de froideur robotique industrielle, de blues déviant presque aphone, d'un mantra répété ab-libitum, de cut-up.
Où il est question d'évocation d'un Juste, de Juifs, de souffrance, d'histoire, d'espoir ...


vendredi 13 avril 2018

VC-118A - Permutation (2018)

Des baleines qui ont inhalé du protoxyde d'azote se mettent à chanter avant de plonger avec grâce dans les bas fonds de l'océan.
Il faut les voir se déplacer avec agilité et délicatesse, décrire des sous-marines arabesques et des lentes circonvolutions.
Et regretter, alors qu'elles s'enfoncent dans l'obscurité, de ne plus pouvoir les entendre ...


jeudi 12 avril 2018

Jessica 93 - RIP in peace (2017)

Et si bêtement on était passé à coté du coche, qu'on avait rien vu se produire et que l'extra-ordinaire était survenu une fois encore.
Pourtant si on y avait prêté attention ça aurait été évident, tout était déjà écrit et s'est même déroulé sous nos yeux hélas clos et imperméables aux révélations ...

Heureusement Jessica 93, Nostradamus contemporain avisé, lecteur perspicace du passé, numérologue mathématicien de compétition, liseur de vérité cachée dans la mousse de bière, est là pour nous ouvrir les yeux et révéler l'évidence flagrante, la vérité irréfutable.

Alléluia !
Jouez hautbois, résonnez musettes, mugissez conspirationnistes mal avisés et beuglez bigots affolés ...


mercredi 11 avril 2018

Hadamard - The moral core (2007)

Sur une échelle de la chanson comique allant de 1 à 10 Hadamard, sans forcer, doit atteindre -3.
Autant dire que le jeu de mot graveleux, la musique enjouée des mariages, la mélodie légère et insouciante ainsi que les farandoles alcoolisées de fin de soirée ce n'est pas pour lui.
Ici c'est plutôt la désolation lente, la claustrophobie tourmentée, la noirceur soucieuse ...


mardi 10 avril 2018

Gary Clail & On-U Sound System - Behind every fortune (1993)

Le dub synthétique lentement chaloupé et enveloppant de Gary Clail et la voix chaude et profonde de Bim Sherman pour les prémices d'un sommeil apaisé, emprunt de justice sociale où les prolétaires de tous pays s'uniraient pour faire du passé table rase et voir venir le temps de cerises ...


lundi 9 avril 2018

Essaie Pas - Futur parlé (2017)

Nocturne, dystopique et un peu surréaliste.
Un monde sombre où le temps n'est pas linéaire, où le futur n'est pas l'avenir, où le temps n'est plus qu'un présent continu indéfini sans avant ni après, juste un maintenant qui se répète.
Quid de la mémoire de ce qui est arrivé, de demain, du peut-être s'il n'y a plus de chronologie et que tout ce vaut.
La solution noter, écrire, rédiger, garder une trace de ce qui s'est produit.
Avec le risque de croire que cela n'est pas hier mais demain, qu'il s'agit de prophéties, de prédictions pour après.
Se perdre dans ce présent continu, vouloir s'en abstraire, s'en échapper.
Mais comment, tant le piège semble parfait; un maintenant indéfini, éternel, immuable, confortable et pourtant terrifiant.
Une échappatoire: la drogue ...


dimanche 8 avril 2018

Vox Low - Now, we're ready to spend (2018)

Le coût des choses ...
Rien n'est gratuit, les impérieux besoins, de paraitre, de réussir ou ceux plus triviaux d'exister, d'être, de vivre, tout cela doit se payer d'une manière ou d'une autre.
Mais on est prêt à payer et ce quel qu'en soit le prix, certains très cher même, pour y arriver, pour tenir son rang.
Après chacun ses priorités, chacun ses sacrifices ...


jeudi 5 avril 2018

High Tone - Echo-Logik (2001)

Où il est question (dans le désordre) d'indiens, de chemin sombre, de samples divers et variés, de recherche de miel, de James Brown, de scratchs en folie, de Little Big man, d'évocation des Beastie Boys, d'incantations obscures, de dub et d'un raton-laveur silencieux et bien caché (celui qui le trouve gagne une boule de pétanque gonflable en papier d'aluminium) ...
Le tout sous la férule tranquille maisimpitoyable d'une section rythmique massive, avec une basse à décoller des rétines !


mercredi 4 avril 2018

Rakim - It's been a long time (1997)

Une envie de poumpoum tchack à l'ancienne, de la prod classieuse de Dj Premier avec ses samples biens sentis, ses scratchs millimétrés, du flow acéré et félin de Rakim légèrement imbu de sa personne au point de s'auto-citer.


mardi 3 avril 2018

Discodeine - Singular (feat Matias Aguayo) (2011)

Raymond est livreur de pizzas indépendant, pas pour une de ces boites multinationales dont la qualité gustative des produits est inversement proportionnelle à l'épaisseur de la pâte (j'espère, à ce propos,  que l'inventeur de la croûte farcie au fromage fondant et aux knackis est actuellement aux mains de la mafia sicilienne et qu'ils lui font regretter son invention en lui badigeonnant les orifices avec de la harissa pour lui faire regretter son invention, qui fait injure à la pizza), il s'occupe tout seul avec sa femme de son petit commerce.
Tout comme ses illustres concurrents lui aussi propose des recettes de pizza avec du camembert, de la purée, de la banane, du fromage à raclette, du cassoulet, des gencives de porc le tout parfois dans la même pizza, c'est presque aussi ignoble que les pizzas du Dr Oetker (c'est étrange d'avoir gardé ce nom en France, Oetker c'est très proche de haut de cœur dans la prononciation, pas le plus engageant quand on vend de la nourriture)...
Lui aussi propose la livraison en moins de 30 minutes, c'est là son défaut ...
Il faut que j'explique, l'échoppe de Raymond est située en proche banlieue parisienne dans un zone au trafic en permanence congestionné, à cela il faut rajouter des difficultés de stationnement.
Et Raymond est un ancien chauffeur de poids lourds qui continue à livrer ses pizzas avec son semi remorque de 32 tonnes ...
Résultat il est toujours hors délai, ses pizzas sont froides, ses clients le rabrouent dans le meilleur des cas, l'insultent et le bastonnent le plus souvent.
Sa vie est un enfer !
Pour y échapper il compose de la house musique délicate et discoïsante et chante dessus avec un accent sud américain sensuel et voluptueux qui émoustille sa femme ...


lundi 2 avril 2018

Clément Bazin - Roméo (2018)

Tout fout le camp !
Roméo n'en a plus rien à carrer de Juliette, il cherche l'âme sœur sur Tinder voguant de match en match.
Plus d'amoureux transit, prêt à mourir pour sa dulcinée, plus d'amour enflammé. non le bonheur éphémère est à portée de doigt ...
Mais en y réfléchissant bien cette situation est-elle enviable ?
Soudain le doute l'habite, il se demande pourquoi Roméo est-il Roméo ...
Une quasi overdose d'autotune, du R'&'B sirupeux qui plonge quasiment l'auditeur dans un coma hyperosmolaire, heureusement sauvé par l'apport aérien du steeldrum.