lundi 14 octobre 2013

Brame - La nuit, les charrues ... (2013)

Brame est-il un groupe de blues ou fait-il dans l'industriel, voire est-il au delà de ça ?
Difficile de trancher.
Il y a indéniablement une trame blues, cette guitare, mais nimbée d'une lumière industrielle, la couleur sonore qui entoure cette guitare; c'est dire le coté joyeux des lascars.
Donc une guitare poisseuse, rêche, couverte de boue séchée, incrustée de rouille, acerbe et affutée.
Accompagnée de tapements réguliers et diffus (sur et avec tout ce qui passe sous la main ou le pied), les qualifier de rythme serait péremptoire, mais cela fait office de.
Divers bruits inquiétants, dissonants  et incongrus viennent se greffer à ce substrat (cailloux, appeaux, tamis, tôles ... dixit le groupe).
Ne manque que le chant, enfin le hurlement lointain - inintelligible, inarticulé, outrancier - effectué au travers d'un mégaphone.
En conclusion il s'agit bien d'un blues décharné, plus que désespéré, agrémenté d'une couche de crasse industrielle, elle même bardée de drones arides.
Un blues pour lequel le diable en personne vendrait son âme le soir à un croisement de routes, à moins qu'il n'ait trop peur !