jeudi 2 juillet 2015

Ahmed Fakroun - Nisyan (1977)

Que se passe-t-il quand un libanais décide de rivaliser avec les italiens (voire les anglo-saxons) en faisant du disco teinté de funk ?
Avant tout prenons en compte les contraintes climatiques: il fait chaud au Liban.
Prenons également en compte les contraintes historiques, 1977 en pleine guerre civile, il fait chaud au Liban.
Résultat il ne faut pas danser de manière trop dynamique, d'où un tempo modéré, limite paresseux, mais soutenu par une basse élastique et une guitare dynamicomolle (c'est un concept novateur).
Reste le chant, forcement ce n'est pas de l'anglais, mais de l'arabe; au premier abord c'est un peu déconcertant parce qu'on n'a pas de refrain stupide à reprendre en chœur, mais finalement ça colle bien au coté parcimonieux du tempo.
Donc au final de la disco mi-lente un poil funkoïde chantée en arabe par un libanais et produite en Italie.