dimanche 21 mai 2017

Simon Says - Late at night (2003)

De prime abord ça ne paie pas de mine, ça semble simple, facile.
Puis la ritournelle rentre dans la tête, ses brides de nostalgie subreptices, sa basse qui sous ses airs de ne pas y toucher est confortable, son piano faussement triste, cette voix monocorde mais prenante.
Cette invitation posée à danser, danser, danser et à simplement écouter de la musique; comment ne pas succomber ...