dimanche 25 novembre 2012

Green Velvet - The Stalker (1996)

Faut-il rencontrer Green Velvet le soir au détour d'une ruelle sombre ?
L'écoute de ce morceau peut permettre de douter qu'il soit opportun réellement de le faire.
Green Velvet y conte l'histoire d'un amoureux transi qui attend sa dulcinée pour lui offrir des fleurs.
De prime abord cela semble touchant, mais quand on sait qu'il attend depuis une vingtaine d'heures, que faute de roses il offre des marguerites trempées dans son sang afin qu'elles soient de la bonne couleur et qu'il clame tout au long du morceau: "I'm losing my mind", un léger frisson nous parcourt l'échine.
Ajoutons à cela une musique évoquant une plongée dans les cerveaux de Ted Bundy, Henry Lee Lucas ou Francis Haulne, nous frétillons d'envie de devenir le 4ème partenaire pour une belote.
Donc il raisonnable d'éviter de rencontrer Green Velvet (de manière diurne ou nocturne d'ailleurs) quoique ...