jeudi 18 décembre 2014

Anouar Brahem - Barzakh (1991)

Quand la beauté du calme contemplatif, la parcimonie des moyens mis en œuvre et l'art de la respiration entre les notes confinent à l'intemporalité voire à l'atemporalité et amènent au "repos en soi".
Profite camarade !